Bilan culturel de novembre 2018 : ça se ramollit à San Francisco ?

Bienvenue dans la nouvelle édition du bilan culturel du mois de novembre 2018. Je suis toujours à San Francisco alors tout l’art n’est pas trouvable en France, ou a déjà été trouvée il y a longtemps (je parle de films là, en rapport avec les dates de sorties qui diffèrent).

Si tu ne sais pas ce qu’est un bilan culturel, je t’invite à lire cet article. Et si tu veux les précédentes éditions, tu peux aller ici.

FILMS

Bohemian Rhapsody (2018), réalisé par Dexter Fletcher et Bryan Singer

Ça a été très dur de noter Bohemiam Rhapsody sur Sens Critique. Ce film est définitivement très bien : mais est-ce que je l’ai aimé parce qu’il raconte l’histoire de Freddy Mercury et Queen pour les fans ou est-ce que c’est vraiment un chef-d’œuvre ? Dur de savoir quand on est vraiment une grande amatrice du groupe mythique de rock.

Je suis donc sortie de la séance un peu entre le « Waouh ! Que du génie » et « Est-ce que c’était si bien que ça ?« . J’ai eu ma réponse le lendemain matin en écoutant Le Masque et la plume, les critiques de l’émission se divisaient en deux parties : ceux qui aime Queen, ont aimé le film, ceux qui n’étaient pas des fans du groupe, ne l’ont pas aimé. Alors c’est bien ce que je me disais, Dexter Fletcher et Bryan Singer ont fait un film pour les fans de Queen.

Après une petite analyse, déjà, Queen est encore plus mythique que je ne l’imaginais ! Ce sont vraiment des artistes, des inventeurs, des pionniers de la musique moderne. Je n’en rendais pas assez compte car leurs innovations sont comme acquises aujourd’hui. Mais mon dieu, qu’est-ce qu’ils ont été pionniers ! Les réalisateurs ont très bien mis en scène la création musicale.

Mais si tu n’aimes pas tant que ça le groupe, c’est vraisemblablement pas très intéressant.
Il n’y a bien évidement pas beaucoup du suspense puisque c’est un biopic. Donc encore une fois, il faut être intéressé.

Maintenant que tout cela est dit, Rami Malek est un acteur splendidement talentueux comme je m’en doutais (petite confession sur l’oreiller : je ne l’avais jamais encore vu jouer). Les autres aussi étaient très bons.nes d’ailleurs !

Boy Erased (2018), réalisé par Joel Edgerton

Désolée, ce film ne sortira en France qu’en mars 2019.

Je suis allée voir ce film plutôt par hasard car c’était le moins pire que j’avais envie de voir. Et bien j’ai été très agréablement surprise.

Je trouve le scénario très bien construit, les « personnages » (c’est une adaptation d’une vraie histoire) sont très complexes dans leur entièreté, le sujet est, alors là, fondamentalement important.

Ce film parle d’un jeune homme qui va dans un genre de camps pour homosexuel chrétien pour qu’il ne le soit plus. Au début, on se demande presque si ce n’est pas une vision pro-chrétien.ne.s bien pensant.e.s mais on se rends compte bien vite que non. Le film donne un fort message de tolérance et d’acception de l’autre – dont on a bien besoin sur cette planète.

J’ai eu ma grand-mère au téléphone après avoir vu ce film (mes grands-parents sont très conservateurs dans presque tous les sens du terme dont l’homosexualité et le christianisme) et j’ai mieux compris pourquoi elle avait du mal à se faire à la présence homosexuelle : si on n’apprend pas que c’est normal et naturel d’être homosexuel, normal que certaines personnes ne comprennent pas tout ce qu’il se passe avec tous les droits LGBTQ etc. Il faut justement faire des films comme celui-ci pour montrer que l’homosexualité n’est pas une maladie curable pour que ça change chez la 3ème génération.

Je recommanderai donc ce film à toute la génération de mes grands-parents qui ont du mal avec la naturalité de l’homosexualité et toutes les personnes qui ont un intérêt pour la cause LGTPQ.

LIVRES

Clean: The Revolutionary Program to Restore the Body’s Natural Ability to Heal Itself (2012), écrit par Alejandro Junger

Clean: The Revolutionary Program to Restore the Body’s Natural Ability to Heal Itself (2012) Alejandro Junger

Alors, on sort un peu du Jean-Paul Sartre et compagnie, mais j’avais très envie d’en savoir plus sur cette détoxification miracle du Clean Program après le re-visionnage de la vidéo de Solange te parle DETOX : EN QUÊTE DU BON CACA.

Depuis que je suis aux États-Unis, je prends un peu de poids et mon système digestif n’est pas comme en France. Je me suis donc intéressée aux raisons de ce dérèglement : les plats sont plus gras, plus sucrés, plus salé, je mange moins de produits laitiers que d’habitude…

Je me demande donc depuis quelques semaines si je ne ferai pas une détox en rentrant en France, pour me purifier de tout ce que mon corps et mon système à endurer pendant ce séjour états-unien.

Alors sur le livre, je l’ai lu en anglais et le livre est très compréhensible même pour un non-natif anglo-saxon. L’explication anatomique est très claire et mérite le détour.

En ce qui concerne le programme en soit, j’ai bon espoir qu’il soigne mes problèmes d’eczema si je le fais. Mais c’est difficile de trouver un bon moment pour avoir ce régime si strict pendant 3 semaines, non ?

SÉRIES 

You (2018 -), réalisée par Sera Gamble et Greg Berlanti

J’avais commencé à parler de cette série dans mon premier bilan culturel, celui du mois de septembre. Je vous disais que ce n’était pas une série géniale mais une série du dimanche soir (en plus elle est vraiment diffusée le dimanche soir, même si maintenant je regarde des documentaires à la place de séries médiocres).

La diffusion de You s’est donc finie au mois de novembre. J’ai regardé toute la première saison, et c’était effectivement médiocre. La cible de la série est définitivement plus jeune que moi, même s’il y a des scènes un peu violentes.

Si vous ne savez pas quoi faire et que vous voulez regarder quelques choses de moyens pourquoi pas, mais je vous recommande pas You.

Chilling Adventures of Sabrina (2018 -), réalisée par Roberto Aguirre-Sacasa

Je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai eu envie de regarder cette série… La communication ? La bonne critique d’Hélène de Mon Blog de Fille ? Bref, j’ai commencé à regarder plutôt par hasard cette série qui ne correspond pas du tout à mes standards.

C’est plutôt une bonne surprise ! J’ai bien aimé retrouvé Kiernan Shipka que j’avais adoré dans Mad Men. L’histoire n’était pas pour moi particulièrement prévisible, mais c’est sûrement lié au fait que je ne regarde presque jamais de séries surnaturelles.

La critique négative que je pourrais faire est que je n’ai pas été particulièrement touchée par un des personnages. Ils sont relativement tous sympas et mignon.ne.s, mais rien d’exceptionnel. D’ailleurs c’est plutôt ça la série en général, elle est sympa mais pas exceptionnelle.

Je la recommanderais pour un bon moment détente où l’on ne veut pas particulièrement réfléchir. Mais pas vraiment pour ceux qui veulent s’instruire !

The Marvelous Mrs. Maisel – Saison 1 (2017), réalisée par Amy Sherman-Palladino

J’avais entendu parlé de cette série au moment de sa sortie comme étant LA série féministe de l’année. Effectivement, cette série se déroulant pendant les années 50 dans le milieu bourgeois juif de New York parle de la place de la femme dans le milieu juif, dans l’humour et dans une cadre d’une famille.

J’ai beaucoup aimé cette série. Ce n’est pas la meilleure série de 2017 que j’ai vu, mais elle est définitivement engagée, bien réalisée et surtout extrêmement bien jouée. Les deux personnages principalES, interprétées par Rachel Brosnahan et Alex Borstein, sont très intéressantes, complexes, et font réfléchir sur la place de la femme dans ces années-là.

Après le visionnage de la première saison, je me suis surtout dit que ce n’est pas une série que sur les années 50 et cette femme, mais sur le sexisime dans le milieu humoristique trop masculin à cette époque et maintenant. Nous commençons tout juste à avoir un choix conséquents de femmes humoristes, mais il est encore très petit. Donc c’est série est un exemple politiquement correct pour dire que les femmes sont très rares, et encore plus les femmes juives mère de famille.

Mais que faire quand on réalise que l’humour est très masculin ? On donne (attention pas jeter) ses DVD vieux comme le monde de Gad Elmaleh et on regarde plus que des femmes humoristes ? Je ne fais pas vraiment comment être plus engagée dans cette cause.

J’en profite pour vous dire que le féminisme est un sujet sur lequel je voudrais être plus experte donc je vais sûrement plus en parler sur mon blog.

Dix pour cent – Saison 3 (2015 -), réalisé par Fanny Herrero

J’ai eu le grand plaisir de retrouver ma série française adorée Dix pour cent. Cette saison n’a rien de plus que les autres saison. Les deux premiers épisodes étaient même un peu mous. Mais depuis l’épisode 3, je suis rentrée dans cette troisième saison et je l’ai adoré. Les personnages sont plus profonds et humains que dans les précédentes saison.

J’ai hâte de les retrouver pour la saison 4 !

Killing Eve(2018), réalisée par Phoebe Waller-Bridgehttps://www.youtube.com/watch?v=Kk0PyD-XNZA

J’ai littéralement fini cette série le 30 novembre donc just on time avant de vous partager cet article.

J’ai trouvé que malgré le déjà-vue du synopsis, le scénario arrive à être original et à se différencier des séries policières classiques. Les personnages et actrices qui les incarnent sont géniales. Je les avais toutes les deux déjà vu dans d’autres séries et elles sont définitivement très bonnes.

Pour en revenir aux personnages, c’est leur rencontre qui les rend originales. La meurtrière et la policière, c’est du vu et revu, mais pas dans la position que Phoebe Waller-Bridge leur donne. Leur rencontre les perturbe, les fait changer d’avis… Très intéressant.

Je conseillerai cette série à tou.te.s les amateur.trice.s de série policière !

SPECTACLE 

The Bullet Journal Method with Ryder Carroll

Étant pratiquante du bullet journalisme depuis plus de 2 ans maintenant, je me suis dit que voir un évènement avec le créateur ne pouvait être qu’intéressant, ou moins amusant.

L’évènement était à l’occasion de la sortie du livre de Ryder Carroll, The Bullet Journal Method.

Je me suis plutôt ennuyée pendant que l’auteur parlait. Ryder parlait de son enfance « compliqué » et du pourquoi et comment il avait créé le bullet journal. Bon, ce n’était pas passionnant. Je n’ai pas vraiment appris comment bullet journaler et le côté gossip et fan club ne m’a pas vraiment atteinte.

J’ai tout de même acheté le livre et je l’ai fait signer. Mais mon expérience ne va pas vraiment plus loin.

MUSIQUE

Pour l’instant, je ne me sens plus vraiment si à l’aise que ça pour vous parler de ce que j’écoute. Mais vous pouvez toujours trouver mes notes sur Sens Critique !

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s