Qu’est-ce qui me manque de la France ?

Au bout d’un peu plus d’un mois à l’étranger, certaines choses françaises me manquent.

D’abord, j’ai la « chance » – tout dépend de ce que vous cherchez – d’être dans une ville très européenne pour les États-Unis et le monde. Donc je peux facilement trouver des produits considérés exotiques facilement (comme un camembert).

La toute première chose qui a commencé à me manquer sont les terrasses de café. Dès mon premier petit déjeuner, j’avais envie de boire un café en terrasse. Trouver du café n’est déjà pas facile, alors imaginez-vous une terrasse ? Impossible. J’ai cru comprendre qu’il y  a des bars ouverts mais ce n’est pas pareil et la probabilité que je puisse y rentrer est faible.

Maintenant, je vais dans des coffee shop boire des Latte ou des Au Lait végétaux (de temps en temps parce que c’est pas très zéro déchet ces gobelets non recyclables).

Presque aussi rapidement, le fromage a commencé à me manquer. Après, j’ai un problème avec le fromage, c’est un peu la base de mon alimentation (et ma principale source du gras). J’ai craqué au bout de quelques semaines. Je suis allée dans un magasin bio acheter des petits bouts de fromage à $50 le kilo. Mais ça en valait la peine, ça m’a fait me rendre compte, que j’en avais pas besoin dans mon alimentation. Maintenant, j’ai toujours l’eau à la bouche quand je vois des vidéos de fromage sur Facebook, mais ça ne fait plus du tout partie de mes envies dans mes repas. Positif, non ?

Je ne pensais pas du tout que ça allait être le cas, mais les transports en commun de Paris. Alors attention, pas l’odeur d’urine et les frotti-frottas aux heures de pointes sur la ligne 13, mais tout simplement le réseau. À San Francisco, tout le monde prend sa voiture. Il n’y a donc pas un système de transports en commun très développé. On peut attendre des bus pendant 30 minutes à certains moments de la journée. Il n’y a que 6 ou 7 lignes de métro, et qui vont toutes dans la même direction (ça j’ai pas compris pourquoi). Alors on se plaint des transports qui sentent mauvais mais attendre son métro 3 minutes et arriver en 30 minutes à l’autre bout de la ville, c’est quand même génial. Merci la RATP !

Les tarifs étudiants, vous saviez que ça n’existe pas partout ? Mon porte-monnaie s’en est vite rendu compte. Ici, il n’existe que le tarif enfant et sénior. Ne nous plainions pas trop, c’est déjà ça. Mais payer sa place de cinéma jusqu’à $16, ça pique.

Et nos chères pauses déjeuners, ce n’est pas non plus une choses automatiques ici. Certes, en France, nous en avons et nous ne les appliquons pas vraiment. Mais elles ont au moins le mérite d’exister. Ici, du moment où tu commences à travailler à la fin de la journée, aucun moment de pause n’est prévu. Si tu as faim, tu peux prendre un snack. Et aussi, comme presque personne ne fume (et tant mieux!), il n’y a pas de pause cigarette. Heureusement que j’ai des petites journées, sinon je deviendrais folle.

Les prix avec la taxe incluse, qu’est-ce que c’est bien ! C’est une question d’habitude, mais partout aux États-Unis (et aussi au Canada), les taxes sont rajoutées au moment de l’achat. Donc pour les nuls en mathématiques comme moi, ce n’est pas évident. Une fois je pensais que j’allais payer quelques choses un peu plus de $50, mais non, c’était $70. Dur vie…

Bien sûr, il y a aussi mon chat, ma famille et mes amis. Mais ai-je vraiment besoin de la préciser ?

Enfin pour finir, je me plains. Mais il y a des choses tellement mieux qu’en France que je ne soupçonnais pas. Je vous en parlerai bientôt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s